Les sites du réseau

Les prochains salons

  • 21ème Semaine de l’emploi et de la formati...
    du 23/02/2017 au 03/03/2017Voir
  • Job Rencontres : Carrières Commerciales et...
    le 28/02/2017Voir
  • 24 Heures pour l'Emploi et la Formation (A...
    le 02/03/2017Voir
  • Form'Avenir, le salon de la Formation et d...
    du 03/03/2017 au 04/03/2017Voir
  • Journée Portes Ouvertes EMIC, école de man...
    le 04/03/2017Voir
  • Paris pour l'emploi des jeunes
    le 07/03/2017Voir
  • Forum Rhône-Alpes des Grandes Ecoles d’Ing...
    du 08/03/2017 au 09/03/2017Voir
  • 24h pour l'Emploi et la Formation (Dunkerque)
    le 09/03/2017Voir
  • Semaine Nationale des Missions Locales
    du 09/03/2017 au 17/03/2017Voir
  • Salon SME Online
    du 09/03/2017 au 10/03/2017Voir

520 offres

Consultez les formations

Les métiers

Voir tous les articles

Recevez nos informations sur l'emploi, l'alternance et la formation

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

L'impact négatif des nouvelles façons de travailler sur la vie amoureuse et familiale.

19/04/2012

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

La vie privée des salariés pâtit des transformations de la vie professionelle. Horaires de travail extensibles, usage professionnel croissant des nouvelles technologies, rythmes de travail décalés... autant d'évolutions qui grignotent peu à peu la vie sociale, familiale et amoureuse des personnes actives;

A l'origine de cette analyse, un constat: la place occupée par le travail est désormais prépondérante. Au quotidien, c'est l'activité la plus importante pour la moitié des personnes interrogées. Un taux qui grimpe à 61% chez les cadres. Pourtant, «dans l'idéal», les actifs préfèreraient en masse (à 90%) accorder la priorité à leur famille et à leur couple.

Le travail de nuit, ou le soir à la maison, concerne aujourd'hui une frange très importante de la population active. Il arrive à 40% des personnes interrogées par Technologia et à près de 50% des cadres de travailler entre 20h et minuit. La plupart du temps, ce travail tardif s'effectue sur le temps libre, et se trouve facilité par le recours aux ordinateurs portables ou aux smartphones.

Ces nouvelles technologies modifient les comportements. Près d'un tiers des personnes interrogées, surtout les plus âgés, jugent que ces outils leur ont «facilité la vie». Mais 40% avouent aussi avoir «du mal à décrocher» de leur travail une fois rentrées chez elles. Un quart se sent même obligé d'être disponible tout le temps pour répondre à une éventuelle demande professionnelle.

Vie sexuelle impactée

La qualité de la vie privée, forcément, s'en ressent. Dans près de 70% des cas, ce temps supplémentaire consacré au travail empiète sur la vie de couple. «Depuis deux ans, mon mari a un employeur qui pense qu'il doit être disponible 24 heures sur 24. Du coup, j'ai le sentiment - et nos deux enfants aussi -, qu'il n'est jamais avec nous. Il rentre, il doit passer un coup de fil. On dîne, il est appelé pendant le repas», se plaint par exemple Sabine.

La vie sexuelle est aussi impactée par cette évolution des façons de travailler. La moitié des personnes interrogées disent avoir renoncé à faire l'amour parce qu'elles se lèvent trop tôt, et 72% parce que le travail les fatiguent. «Je rentre assez tard le soir. Ma femme étant infirmière, elle travaille très tôt le matin et se couche tôt. On ne se croise donc pas tous les jours et notre vie sexuelle en pâtit», constate de son côté Eric.

Ces difficultés sont exacerbées chez les personnes qui travaillent le soir, et qui ressentent davantage les effets du stress sur leur vie sexuelle. Au total, près d'un quart des personnes interrogées se plaignent de troubles sexuels, du désir ou de l'érection par exemple, directement liés au stress professionnel.

Les autres articles du mois d'Avril 2012

Voir tous les articles

Les autres actualités du mois d'Avril 2012

Il n'y a pas d'autre actualité pour le mois d'Avril 2012.

Voir toutes les actualités



Rechercher un stage




© 2017 En-stage.com